Pavel Popovitch

Publié le par jijiaile

popovitch-portrait.jpg
Le 4° cosmonaute, Pavel Popovitch,
est né le 5 octobre 1930 à Ouzine (Terre). Après une scolarité interrompue en 1941 par la guerre, il retourne dans un établissement d’enseignement à l’automne 1943. Il entre en 1945 dans une école de menuiserie. En 1947, il est admis dans un centre technique d’où il sort avec son diplôme de technicien du bâtiment en 1951. Cette année-là, Popovitch reçoit également son brevet de pilote avec mention, après avoir pris des leçons sur un UT-2 dans un aéroclub. Il s’engage alors dans l’Armée de l’Air et suit une formation de pilote de chasse à l’école d’aviation de Kacha qu’il quitte en 1954, diplômé en aéronautique. Il sert ensuite dans des escadrilles sur des Mig 15, 17 et 19.

En mars 1960, Popovitch rentre à l’âge de 30 ans dans le 1er Corps de cosmonautes. Il est constamment en mouvement et toujours de bonne humeur, chaleureux et dur travailleur. Ses plaisirs sont la gymnastique, les plaisanteries et le chant pour lequel il possède un répertoire impressionnant de vieilles et nostalgiques chansons d’Ukraine.

Du 12 au 15 août 1962, Popovitch effectue un 1er vol de 2 j 22 h 57 mn autour de la Terre, à bord de Vostok 4 (4,72 tonnes/4,40 mètres). C’est le 2° " jumeau " du Cosmos car la veille, Nikolaïev a été mis en orbite dans Vostok 3 dont Popovitch s’approche à 4,8 km. C’est la première fois que deux vaisseaux se trouvent en même temps sur orbite.

" Qu’est-ce-que tu as pour ton dîner ? " demande Nikolaïev. " La même chose que toi et quelque chose en plus " répond Popovitch. " Quelque chose en plus ? Qu’est-ce que c’est donc ? " interroge Nikolaïev. " Du poisson fumé. C’est bon. Un régal ! " réplique Popovitch. " C’est pas juste. Pourquoi ne m’en a-t-on pas donné ? " questionne Nikolaïev. " Tu n’avais qu’à en commander au cuisinier. C’est ce que j’ai fait " dit Popovitch. " Du poisson fumé ! Donne m’en un peu ! " supplie Nikolaïev. " Approche toi alors, on va partager " conclut en riant Popovitch.

Le 14 août, il accepte que son vol soit prolongé jusqu’au 16. Le 15, la température de la cabine descend à 10°, plus basse que celle de Vostok 3. Plus tard, il annonce au centre de contrôle " J’observe un orage ". En phrase codée, cela signifie " Je souffre de nausées et je dois rentrer ". Puis Popovitch rectifie " Je vais bien et j’ai observé un orage avec des éclairs". On pense à tort qu’il cherche à cacher son malaise et il doit redescendre le jour même, comme prévu au plan de vol fixé au départ.

En septembre 1966, Popovitch dirige les cosmonautes qui voleront à bord du Soyouz 7K-VI, destiné à la recherche militaire. Ce programme est ensuite abandonné et remplacé par le celui des stations Almaz (Saliout 3 et 5) destinées à l'espionnage.

Dès janvier 67, Popovitch est également affecté au programme lunaire qui comprend le survol (L1) et l’atterrissage (L3). Il participe par intermittence au projet Soyouz 7K-VI jusqu’au début 68, date à laquelle il est abandonné. Popovitch est alors nommé commandant d’un futur équipage L1, à bord du Soyouz 7K. En septembre 68, il fait partie avec Sevastianov d’un des trois équipages L1. En novembre 68, Zond 6 (Soyouz inhabité) de retour du 2° survol de la Lune, se dépressurise puis son parachute s’ouvre trop tôt et la cabine s’écrase au sol. Il est prévu à ce moment-là qu’un autre Zond lancé par la fusée Proton parte en janvier 69, avant qu’un équipage ne s’envole en mars 69. Les responsables pensent aussi qu’Apollo 8 qui va s’élancer en décembre 68 vers la Lune a peu de chance de réussir. Mais Apollo 8 parvient à se mettre en orbite lunaire et les autorités décident d’abandonner le programme L1. " A quoi bon être le second pour faire moins bien ? ". On imagine l’immense déception de Popovitch.

Popovitch est transféré au projet de station militaire Almaz. Il prend le commandement des équipages et se prépare à un décollage pour le 13 avril 1973 puis pour le 8 mai, afin de rejoindre la station. Le 3 avril 73, Saliout 2 (Almaz 1) est mise en orbite mais le 15, elle devient incontrôlable. Un allumage défaillant du moteur a provoqué un incendie localisé qui a causé la rupture d’une partie de la coque de Saliout. La station est animée d’un mouvement qui a brisé les panneaux solaires et l’antenne radar. Elle se désintègre lors de la rentrée dans l’atmosphère le 28 mai 73. Le vol de Popovitch est reporté.

Du 3 au 19 juillet 1974, Popovitch en compagnie d’Artioukhine, s’envole enfin à bord de Soyouz 14 (6,57 tonnes/6,98 mètres) pour accomplir avec succès son 2° et dernier vol de 15 j 17 h 30 mn autour de la Terre, à bord de Saliout 3 (Almaz 2 de 18,5 tonnes/15 mètres) lancée huit jours avant. 

popovitch-saliout3.jpgLeur mission est l’espionnage mais aussi l’observation civile du territoire soviétique ainsi que la réalisation d’expériences médicales et biologiques.

En 1975 et pendant douze ans, Popovitch travaille ensuite sur le développement de la navette Bourane qui effectue un seul vol automatique en novembre 1988, avant d’être abandonnée. Dès 1977, Popovitch occupe aussi sur une durée de onze ans, les fonctions de 2° Directeur-Adjoint de la Cité des Etoiles chargé des expériences scientifiques, après avoir obtenu un diplôme en sciences techniques qui complète celui d’ingénieur en aéronautique obtenu en 1968.

En 1982, Popovitch quitte le Corps des Cosmonautes et en 1990, le programme spatial. Il devient député de l’Ukraine, membre de l’Union des écrivains d’Ukraine et président de la Fédération soviétique de boxe. Popovitch est nommé également Directeur d’un institut chargé de la mise au point des instruments équipant les satellites d'observation des ressources terrestres, notamment agricoles.
Le 30 septembre 2009, Popovitch meurt à l'âge de 79 ans, victime d'une hémorragie cérébrale.

Publié dans cosmonautes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article